Solange Terrier-Bleuer  -  Poètesse et photographe Volxienne

Les textes de Solange sont d'une grande justesse, une écriture sans floritures empruntant de belles images à la langue française, ce qui semble normal pour une adepte de la photographie

Mille petits pas mènent vers les sommets
Milles embûches les entravent....
Mais de pas de deux en sauts portés
Le moindre petit rat
Arrivera ... Pas à pas
Sous les lumières et les vivats ...
Il lui suffira d'avoir la foi
De faire, faire encore et refaire 
les grands écarts et petits pas ...
mais toujours sur la barre...
des larmes et de la sueur, il versera ...
Parfois la douleur au sol le clouera ...
Mais toujours avec espoir se relèvera ...
Et au bout de ce tunnel de travail acharné
La lumière de la scène il verra ...
Et des Olà ... remportera ...
 

/solange marguerite terrier bleuer
 

là où nos rêves nous portent...
Là où nul ne nous rattrapera
j'accéderai ....

Là où ton âme exultera.....
Là où naissent les rêves
j'irai ....


Le seul endroit où les couleurs flirtent

avec l'immensité de l'univers ....
Là où les étoiles caressent les cîmes
je m'assiérai ....

Puis de pensées en rêves
de désirs en voeux exaucés 
mon corps s'allègera
mon âme s'élèvera...
mon aura m'accompagnera
pour pouvoir faire le plus beau voyage astral ....
 

Ce jour là sera mon dernier sur le solet mon premier dans l'immensité du néant ....
Mais qu'on ne s'y trompe pas
c'est la beauté de la nature 
ses couleurs, ses secrets, se silences si lourds
qui animent mes pensées ....

La vie est si belle autour de nous, dans l'immensité 
celle de la solitude ....

Celle de la retraite de l'âme 
si riche en nos coeurs
si riche en couleurs
que seuls les initiés peuvent en deviner les nuances ....


Moi j'ai plusieurs palettes à mon acquis ....
Et vous ????

 

/solange marguerite terrier bleuer

Si nos pensées suivent celles du mois en cours ...
Si notre esprit  court sur le fil de l'espoir ...
si notre volonté est tentée par le chemin du désespoir ...
Si nos pieds suivent les chemins gravilloneux 
et hasardeux de la vie ...
Alors ... On est prêts ...
Prêts à gravir les montagnes sous l'averse ...
Prêts à traverser une forêt pleine d'embûches ...
Prêts à affronter  les démons des maux ...
Prêts à lâcher les mots ...
Prêts à conquérir l'a haine de l'amour ...
Prêt à vaincre l'amour de la haine ...
Alors on est là où il faut être ...
Là où seul les êtres de lumière sont ...
Sur la route du printemps ...
Cette saison qui nous rend plus fort ...
cette saison qui est la vie ...
le chainon qui quitte la haine pour aller à l'amour
le chemin qui quitte l'égoïsme pour aller au partage
celui qui fuit l'indifférence pour l'empathie
bref, le vrai chemin des hommes 
Celui où l'on croise les anges ...


Tata Soso 26 mars 2015

L'escalier des incertitudes

 

Printemps violent

 

Ce matin, ma vallée ploie sous les coups d' Eole ...
La furie de ce vent démolit le silence hivernal ...
Casse la glace des conventions ...


Sous le souffle  insistant, les couleurs reprennent le dessus
La grisaille s'envole, laissant dame nature pentelante et nue ...


Dans les jardins, les arbres séculaires résistent, tandis que
des plus jeunes jettent leurs branches vers  le sol,
Tentant désespéremment de ne point ployer...
Et croisent de leurs regards désespérés, chaises ou linges qui s'envolent ...


Les oiseaux heberlués perdent la partie et tombent sous les griffes ou les crocs accérés 
d'un chat inconscient, qui, à son tour , prend  son premier cours de vol ...


Et vlan notre chat sonné, se mets à miauler pour qu'on lui ouvre la porte
Devant laquelle il vient de se  cogner ...

Il est des jours où les souvenirs ... sont trop !!!

 

Il est des jours où les souvenirs vous assaillent
Vous sautent au visage et au cœur
Tel  un serpent au détour d’un chemin….
 
Le souvenir planqué dans un petit cahier
Semblait bien tranquille au demeurant
Mais soudain, sans crier gare ....
Il attire votre regard ….
Vous semblez stupéfait de le voir là ….
Tiens donc, petit cahier… Je t’avais oublié
Mais qui donc a posé son écriture ....
Son savoir, ses désirs, ses douleurs entre tes pages ???….
 
Et là !!!! Vous êtes ferré ….
Et tel un  poisson mordant à l’hameçon .…
Vous  manquez de jugeote .…
Vus être grillé ! Cuit ! ... Foutu !

 

Vous penchez doucement votre tête sur l’intrus
La première page vous interpelle…
Vous sursautez !! … Mais, curieux,  et comme possédé ....
Vous osez ! .... Vous allez plus loin .…
Aïe !! Trop loin .…

 

Vous lisez … lisez sans pouvoir vous détacher
Et soudain vous réalisez … Trop tard
Que ces mots hachurés ! Barrés ! Repris !
Ces mots, ces phrases sans queue ni tête .…
Ces cris d’appels au secours sur sa mémoire qui fuit ….
Ces mots de haine et d’amour ;;;
A l’encontre de la maladie qui ronge sa tête et son corps .…
Ses phrases maladroites mais vraies ….
Ses confidences sur les sentiments qui l’obsèdent
Ses rebuts d’amour mal placés
Ses désirs de guérie pour nous aimer à nouveau
Mais sa désillusion  face au destin qui s’accomplit .…
Son amertume face à la vie q’il ne verra plus ....

Vous réalisez alors la portée des mots posés
Vous savez que ceci est le seul héritage
La seule preuve et le seul témoignage
De tout ce qu’il a voulu vous dire
Avant de partir
Lorsque parfois il retrouvait sa conscience
Moments où il n’a jamais osé franchir le pas
Moments où les mots n’ont pas franchi les lèvres
 
Et l’on reste pantois … Sans voix.
Et là. .A cet instant
Votre cœur crie sa rancoeur et sa haine
Son aversion envers ce foutu crabe
Crabe qui a rongé sa vie et démoli toute la famille
 
Un torrent de larmes coule .…
Rien ni personne ne les arrête
Vous êtes rongé de remords
Celui de continuer à vivre
De commencer à guérir
D’avoir l’impression de le trahir
D’oser aimer la vie sans lui …….
 
So à Guy

Le fol été

 

Dans mes  souvenirs d'enfance
l'été était comme un soleil ardent ...
Son nom résonnait à mes oreilles
Comme un soleil ...
le timide soleil qui m'accompagnait en Bretagne
Le courageux qui me suivait dans mes randonnées en haute montagne
le fougueux qui  cuisait mes copines sur les plages ...
l'audacieux qui flirtait avec les potagers familiaux
Le peureux qui se cachait derrière mon ombre en forêt ...
Mais toujours présent, curieux, avide, parfois farceur, voire indiscret ...

 

L'été, c'était les amis, la  famille, l'aventure ... Les bêtises
Et à ce niveau ... Les bêtises, c'était comment dire ????
Bref, les bêtises ça nous allait comme un chapeau ...

 

Le chapeau du bedot qui nous mettait dehors du cimetière 
Où nous foutions la pagaille ...
Rétablissant notre justice d'enfant ...
Piquant les fleurs des tombes hyper fleuries 
Pour les poser sur celles qui n'en n'avaient point ...

 

C'était le képi du gendarme venu reprendre le drapeau de la maire
piqué par nos soins la nuit pour orner notre cabane des bois
Et quoi !!! tout chantier a son drapeau !!!

C'était le voile de la soeur supérieure du couvent
venue rechercher les fleurs piquée dans le jardin par les cousins
Pas d'pot on avait tout vendu à la sortie de la messe !!!
Ben quoi, fallait bien qu'on puisse s'acheter des bonbecs
Puisque nous étions punis d'argent de poche depuis ... les autres bêtises

Bref !!! Vous l'aurez compris

Pour nous les bêtises étaient indissociables des vacances

Et notre principal complice était ....Le soleil !!

 

Alors de l'avoir vu si absent cet été ...

Ca me mine le moral ...

Le quotat de bêtises ne serra pas atteint par les enfants cette année ...

 

Sauf ... Si on a un été indien

Et, à mon humble avis ... Les instituteurs vont morfler

 

Soso

Le Printemps

 

Si nos coeurs se mettent au diapason du printemps

Si nos pas se placent dans les pas du temps ...

si nos pensées suivent celles du mois en cours ...

Si notre esprit court sur le fil de l'espoir ...

Si notre volonté est tentée par le chemin du désespoir ...

Si nos pieds suivent les chemins gravilloneux et hasardeux de la vie ...

 

Alors ... .On est prêts ...

Prêts à gravir les montagnes sous l'averse ...

Prêts à traverser une forêt pleine d'embûches ...

Prêts à affronter les démons des maux ...
Prêts à lâcher les mots ...
Prêts à conquérir l'a haine de l'amour ...

Prêt à vaincre l'amour de la haine ...

 

Alors on est là où il faut être ...

Là où seul les êtres de lumière sont ...

Sur la route du printemps ...

Cette saison qui nous rend plus fort ...
Cette saison qui est la vie ...

Le chainon qui quitte la haine pour aller à l'amour

Le chemin qui quitte l'égoïsme pour aller au partage

Celui qui fuit l'indifférence pour l'empathie

Bref, le vrai chemin des hommes

Celui où l'on croise les anges ...

 

Soso 26 mars 2015

Semer des graines

 

Semer des graines de folies dans une monde d'égoïsme...
C'est regarder grandir des boutons de joies au milieu d'un champ de désolations....
C'est espérer un avenir meilleur dans une allée pavée de désespoir.....
C'est croire en la paix sur la désolation d'un champ de bataille..
C'est croire à l'amour en visitant un camp de concentration...
C'est semer de grand éclats de rire dans un cimetière....
Ce n'est pas de l'irrespect....
Mais juste un peu de chaleur, d'espoir, d'amour que l'on amène...
A petite dose...Pour permettre aux autres de se ré habituer....
C'est une méthode homéopathique....
Lente, invisible mais certaine d'arriver au bout....
Semer des graines de folies dans notre monde de pure égoïsme...
Il faut le faire avec légèreté...sans penser aux embûches....
Sans se soucier des qu'en dira t'on......
Sans faire gaffe à la répression.......
C'est aussi savoir doser son jugement sur les autres....
C'est jeter des bouquets d'arts....
Balancer du son de tous les horizons ! ...Eblouir les yeux des autres
Par des palettes de couleurs ! ...par des clichés d'amour de vie !
Par des farandoles de formes de toutes matières... 
Semer des graines de folie dans notre monde actuel
C'est accepter les différences....
Voir que les malheurs qui nous accompagnent
Sont là pour nous pousser à les transformer ...
Les utiliser pour nous rendre meilleurs ....
Car nos larmes de colère, de compassion, de douleurs, de souffrances...
Se transformeront en eau purifiée pour que nos petites graines de folie
se transformeront en luxuriantes verdures et fleurs qui noieront 
les vallées de désespoir et de haine, d'égoïsme et de profits sur lequel elles poussent
Donc.....Mes amis....Semez....Semez sans crainte sur ce sol ....
Vos graines, mes graines, les siennes.les leurs..deviendront notre paradis

 

Divergence

Dans la vie, on fait des rencontres de tous genres ..... 
On entrevoit des vagues connaissances
On aperçoit des potes et collègue s....
on y côtoie des amis ....
Mais on y fréquente aussi des membres de notre famille ....
Et cela n'est pas forcément de notre fait ....
Ceux qui, inconnus jusqu'alors 
Deviennent des amis fidèles et indispensables
Alors, qu'à la croisée des chemins
Certains autres frères ou cousins
Traversent les bois et fuient
D'autres encore, chevauchant devant
Deviennent des ennemis jurés ....
Si certains suivent d'autres chemins
D'autres nous rejoindrons mains dans la main
Mais tous auront quelque chose à nous dire,
nous faire comprendre ou nous apprendre 
que ce soit sur nous même, sur eux,
sur le temps qui passe ou trépasse ....
Mais toujours, pas dans les pas de l'autre 
On croit pouvoir vaincre les démons du commun ....
les affres de la solitude et de l'isolement ....
Ou la souffrance des déchirures du cœur et du corps ....

Puis soudain .... sans que nul ne le veuille ....
La mort survient et nous amène sur son grand cheval blanc .... 
Nous franchissons alors le lac sacré ....
Charon, fils d'Érèbe, nous amène sur le Rocher des Enfers ....

traversant l'achetons sur sa barque ....
Barque seulement éclairée par Nyx, sa mère la nuit lumineuse. 
Le temps file comme quenouille et .... soudain se fige ....
Et dans l'éternité qui défile, nos amis, ennemis, amis famille ou autres nous accueillent et nous étreignent,
car là bas, plus de différence ....
Plus de haine ....
seul l' amour ou bien .... 
le néant ....
Seule la clarté ou bien ....
l'obscurité ....
Seul le mystère ou l'obscurantisme ....
Qui sommes nous et que faisons nous sur cet astre bleu ?? ....
Nul ne le sait ....
Si ce n'est que ....
Le mystère nous enchaîne notre âme si confuse ....
La clarté alors transparaît et être cœur s'emballe 
On se réveille en sursaut ....
l'esprit embué d'un mauvais cauchemar ....
vite une bière !
Que s'effacent ces images étranges
Que revienne l'innocence de notre vie .... absurde ....

Sans titre

 

Ce matin, mon corps a demandé à sortir dès potron minet ...
Une envie incroyable de voir...de toucher..de sentir ...
Le soleil ... le vent ...l es senteurs ...
Et là ... à l'aube naissante ...
Juste quand le soleil montre le bout de ses rayons ...
Que pointe son aura éclatante au dessus de la colline ...
Mais pas entièrement ...
Juste un rayon ...
Puis deux ...
Puis la tête ...
Puis ...
Puis enfin, tel une naïade sortant du bain de la nuit ...
L'astre en son entier , inonde le monde ...
Il darde, de sa chaleur déjà naissante, la nature ...
Et, là, à la fin de la nuit ... Et au début de la matinée ...
Mon objectif a volé des instants secrets ! ...défendus ! ...

Il a violé l'intimité de mes fleurs s'étirant paresseusement ...
Il a dévoilé les secret des feuillages ...
les feuillages dorés ... Si dorés ...
Feuillages dorés et auréolés de rosée ...
Il a surpris de petits insectes venus des repaitre
Du nectar que déverse les fleurs ...
Il a pris et vous offre en retour des images d'une matinée ensoleillée ...
Mais encore endormie aux alentours ...
Il n'est que sept heures au clocher ...
Mais déjà mon café est avalé ...
Je vous laisse sur ces images dorées et bronzées de soleil ...
Plus tard, je reviendrai sur la journée folle musicale avec mes amis ... mais chut, c'est plus tard ...
Et surtout une autre histoire ...

Tata Soso

Après la pluie le bonheur

 

Ici, il a plu toute la nuit
des gouttes furieuses frappaient aux carreaux
durant toute la nuit, et ce matin encore ...
laissant mes vitres larmoyantes
Mais mon jardin ivre de bonheur ...
Ivre d'avoir ainsi eu des réserves 
Car lui il sait combien les étés torrides
lui font du mal ...
Comment il doit lutter pour survivre ...
Il dit merci au ciel salvateur ...
Il dit "zut" à la fête votive qui râle après la pluie ...

Il dit "merde" aux gens qui râlent dès qu'une baleine de parapluie est mouillée ...

Il dit "chouette" aux nuages lourds qui se déplacent avec lenteur ...
mais il dit "salut toi" à l'astre solaire qui perce les nuages
D'une trouée franche et lumineuse....
Il sait qu'après la pluie vient le beau temps
Il sait qu'après l'eau il y aura les rayons de soleil 
Qui vont réchauffer les feuilles, fortifier les bourgeons ...
faire s'ouvrir une timide fleurette entrouverte ...
Il sait qu'après la pluie ...
Le bonheur est dans l'herbe mouillée. 

Solange Terrier Bleuer, Après le pluie le bonheur
 

Lendemain de cuite

Allo alloooooo la lune... Ici la terre
Pourquoi ça ne répond pas ?
Alloooooo j ai vu les étoiles filer dans le ciel...
Je les ai vues filer un mauvais coton
J ai vu planer le doute des nuages 
Réunis en troupeaux disparates
Pourquoi donc les moutons sont laineux ???
Parce qu ils ne sont pas haineux me répondit le soleil qui en connaissait un rayon ...
Allllllooo Allo... Pourquoi ça sonne dans le vide ?

Allo la lune... Ici la terre ... Rempote rempote donc.. Mais réponds bordel !

La foule des araignées réunies en comité de soutien aux vers à soie se fraye un chemin dans le dédale des étoiles ...

Allo c 'est usant d' user les touches usitées mais non usées ...

Bref me répondit Mars...Et Ça repart !

Non non dit Pluton ...

Essaie plutôt le mail, mais plus tôt.

Sur ce le TGV s'emballa dans une folle farandole de papier cadeau et chutât ...

Dans la hotte du père Noël..... Ouille ouille que j ai mal entre les cheveux ...

Tout ça. C est la faute à Johnny ... Walker ... ou à Jack ... Ou Danie l... Oui au ski !

Foulonjm Textes et Poésies Solange Terrier Bl

Sans titre 2

 

Cet après-midi
Sospel me dévoile les charmes

des anciennes propriétés ...
Quels beaux portails....
Que de choses pourraient ils
Nous raconter...
Avec les siècles qui se sont écoulés
Que de marcheurs aux souliers éculés
Ont ils foulé ces allées
Parsemées de massifs floraux
D'arbres séculaires
De gravillons crissant sous les pas
De glycines indisciplinées
Dégueulant leurs calices bleutés
Par dessus les murs de pierres

Cernant les propriétés.

A faire attention.... Pour peu....
On y entendrait les cris d'enfants
courant joyeusement dans les allées
Mais ça c'était au siècle dernier..
Et même avant...
À ce jour seuls le fouissement

des oiseaux ou insectes.
Et le clapotis joyeux de la Bevera
Courant en contrebas...
Ça y est je suis revenue de ce voyage
Voyage bucolique au temps passé
temps où les crinolines et ombrelles
Étaient reines.....

Foulonjm Textes et Poésies Solange Terrier Bleuer

© 2016   foulon  Jean-Marc - France  - Haute Provence - Proudly created with Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now